La déclaration CGT faite lors de la consultation du CHSCT sur le projet d'aménagement :

Déclaration du 27 octobre 2015

Consultation CHSCT sur le projet d’aménagement du vaisseau commercial de Poitiers.

Tout d’abord, ce bâtiment nommé successivement « vaisseau amiral », « vaisseau commercial »  et maintenant « centre d’affaires » peine à trouver son identité mais l’essentiel du sujet n’est bien sûr pas là.

À n’en pas douter, derrière certaines  prouesses architecturales le bâtiment dans son ensemble sera de bonne facture et la synergie des différents métiers en son sein nous semble intéressante.

Pour autant, si l’on regarde dans le détail la réalité nous semble toute autre en particulier les points suivants :

-     L’accueil des clients aux entrées est et ouest du bâtiment posera des difficultés évidentes. Un accueil segmenté par entité aurait été plus judicieux.

-     Le concept des agences dite « Open space » nous semble à proscrire ; à un certain égard le salarié ne s’appartient plus.

Ces changements notoires liés à ces nouveaux aménagements de l’environnement de travail des salariés seront susceptibles de déclencher un bouleversement dans la structure psychique et même somatique pour certains d’entre eux. Sur ce point, la littérature sur le sujet fait référence. 

-     Au-delà de l’agencement, les 13 « salons » d’accueil clients sont insuffisants en nombre (13 « salons » à partager pour 5 unités) ou ramené au nombre de conseillers (13 salons pour 31 conseillers) soit une disponibilité immédiate de 42 %...

Dans la logique CATP qui semble maintenant étendre ce concept de travail dit « collaboratif » qu’est-ce qui fait que les managers N+1 conservent un bureau nominatif ? Pourquoi le CATP ne va pas jusqu’au bout de la logique puisque ces nouveaux aménagements lui semble meilleure que la précédente ?

Sur quelle étude le CATP s’est appuyée ?

De notre côté, à ce jour nous n’avons pas rencontré un salarié du CATP qui souhaitait passer d’un espace privatif de travail à un espace collaboratif de travail…

-     Pourquoi ce concept d’espace « collaboratif » est étendu systématiquement alors que les retours des expériences sur le moyen terme nous paraissent pour le moins insuffisants voire largement négatifs eu égard des salariés qui travaillent déjà dans ce nouveau concept comme par exemple l’agence de Poitiers Demi-Lune.

-     Par rapport à la situation actuelle des salariés concernés, en quoi ce nouveau concept d’agence va améliorer leurs conditions de travail ?

Forts des arguments avancés et des questions soulevées, David Guillon et Laurent Renaud élus CHSCT émettent un avis défavorable. Dès lors, ils resteront attentifs sur les conséquences que pourraient avoir ce nouveau concept agence au niveau de la santé physique et psychologique pour les  salariés concernés.

Syndicat tous les salariés

Rejoignez-nous !