Dans ce genre d’exercice de style, la Direction est plutôt prolixe…

La CGT s’était donc préparée en mode syndical : crayons et blocs papiers pour noter les idées fortes et annonces du PMT, les objectifs et arguments de la Direction, les points de tensions, etc…

Nous avions définis un planning d’action : débriefing de la convention, compte-rendu pour les absents, tracts à diffuser sur les enjeux « économico-sociaux » de ce nouveau Plan, lancement de 12 groupes de travail pilotés par la CGT :

Retour des cafetières CR 86, Indexation des salaires sur le % d’augmentation annuel du DG, en route vers les 32 heures, emploi, bien-être au travail, égalité hommes-femmes,1.400 salariés syndiqués c’est possible, 900 administrateurs syndiqués c’est possible aussi, respect au travail, partage des richesses, retraite à 55 ans, abolition des heures supplémentaires.

Bon ben là, force est de constater qu’« ils » nous ont bien eu… Même en raclant les « fonds de tiroirs », c’est le vide intersidéral.

RIEN, NADA, WALOU, QUE DALLE…

À croire que le thème de la soirée était tiré des annales du bac de philo :

« COMMENT COMBLER LE VIDE AVEC DU NÉANT ? »

En réaction, nous avons décidé de protester immédiatement et ouvertement en faisant la grève du tract ! Pendant une semaine, fô quand même pas abuser ;-)

Organisons-nous couleur

Ensemble, plus forts !